Marion Leleu, alto et Bertrand Giraud, piano à Paroisse Saint Merry.

Plaisir unique et joie renouvelée

Le plaisir d’évoquer l’écho d’un concert réussi est un vrai bonheur quand on peut le retrouver aussi et le partager avec un disque du même programme et du même accabit.L’histoire de la musique qui dit celle des oeuvres et de leurs compositeurs retiendra que la sonate pour alto et piano qui ouvre le concert donné dimanche et mon disque de chevet depuis, est un chef-d’oeuvre de souffle et d’élan, de charme et de mélodies. Entendue et gravée pour la première fois – et rééditée aussi grâce aux soins de l’altiste -, elle séduit la première oreille, glisse et instille son rythme, sa mesure, ses accords et ses volutes qui ne nous quittent plus. Le reste du programme offre un Hindemith imposant et parfait en plat de résistance et un dessert au goût presque tout aussi inédit que l’entrée, libre, farouche et voluptueux.L’histoire de la musique qui dit celle des musiciens retiendra que le miracle du duo a frappé ces deux-là dès leur première rencontre et que depuis cette grâce ne les quitte pas et semble ne vouloir que grandir. À la scène comme au disque. On savait le pianiste Bertrand Giraud le plus virtuose des accompagnateurs et le plus accompagnateur des virtuoses. Avec sa force pure et son attachement profond. On trouve l’archet de Marion Leleu tout aussi simple et savant, sensible et profond. Les deux s’entendent, s’accordent et jouent à merveille. Et leur programme leur va comme un gant ouvrant sur l’année 1919 un éventail vif et soyeux qui dit le soulagement de la paix retrouvée sans oublier un seul des bonheurs qu’on pourrait craindre d’avoir perdu à jamais.Ah si ! Dimanche, en applaudissant à tout rompre comme son coeur l’y invitait, le public de St-Merry obtint un bis. En écoutant le disque éponyme du concert, 1919, ce bis m’est revenu. Le Soir, de Louis Vierne. Et, vous me croirez si vous voulez, il est depuis dimanche dans le silence qui suit chaque écoute – et elles sont nombreuses – de ce précieux CD, à savourer qu’on ait vu le concert ou pas ! En attendant aussi les nouvelles dates qu’on guette et espère pour le duo dès 2023.Récital Alto et PianoSortie parisienne de l’album1919 Marion Leleu, alto Bertrand Giraud, piano

Joseph Ryelandt (1870 – 1965)Viola Sonata in D Minor, Op. 73,

Paul Hindemith (1895 – 1963) Viola Sonata in F Major, Op. 11 No. 4

Rebecca Clarke (1886 – 1979) Sonate

Concert du dimanche 13 novembre Paris, Eglise Saint-Merry.

About the Author

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

You may also like these